La Pentecôte: Création de l’Eglise ╰⊰¸¸.•¨* Français

http://franceofmyheart.wordpress.com

FRANCE DE MON CŒUR

40E.jpg

La Pentecôte: Création de l’Eglise

http://gkiouzelis.wordpress.com

CŒUR ORTHODOXE

1.- PENTECOTE JUIVE ET PENTECOTE CHRETIENNE

Le jour de la Pentecôte était une grande fête en Israël : sept semaines, c’est-à-dire 49 jours (7 x 7 = 49), en Hébreu ” Chavouth ” = les semaines – séparaient la Pâque juive – jour où les Juifs immolaient l’agneau pascal en souvenir de leur sortie d’Egypte sous la conduite de Moïse – de la Pentecôte juive (en grec ” Pentècostè ” = 50ème jour), ce 50ème jour après la Pâque où les Juifs célébraient le moment où Dieu, sur le Sinaï, remit à Moïse les Tables de la Loi, ces plaques de pierre où Il avait gravé Ses 10 commandements.

-Le jour même (selon la chronologie de l’Evangile de St Jean) où les Juifs immolaient l’agneau pascal en préparation de la Pâque (préparation : en grec Paraskevê = vendredi), l’Agneau de Dieu, Jésus-Christ, était immolé sur la Croix pour ressusciter le surlendemain.

-Le jour même où les Juifs fêtaient la réception de la Loi (ou Torah), les Chrétiens fêtent la réception de la Grâce, le don du Saint Esprit.

C’est ainsi que l’Ancienne Alliance préfigure et prépare la Nouvelle, que la Pâque et la Pentecôte Juive annoncent la Pâque et la Pentecôte Chrétienne.

C’est ce que résume Saint Jean l’Evangéliste lorsqu’il nous dit : “Si la Loi fut donnée par Moïse, la Grâce et la Vérité sont venues par Jésus Christ (Jean 1, 17).

2.- CREATION DE L’EGLISE

Le jour donc de la Pentecôte Juive, les Apôtres et disciples de Jésus Christ et la Vierge Marie sont réunis d’un seul cœur – par cette foi en Jésus Christ sur laquelle Celui-ci avait promis à Pierre qu’il bâtirait son Eglise – en assemblée (en grec : ecclésia). C’est alors que ” Jésus exalté à la droite de Dieu a reçu du Père l’Esprit Saint promis et l’a répandu ” (Actes 2, 31-32). L’Esprit Saint, le Consolateur, l’Esprit de Vérité “qui procède du Père” (Jean 15, 26) et qui ” repose dans le Fils ” (Jean 1, 38), le Fils l’envoie “d’auprès du Père” (Jean 15, 26) et le donne ” à ceux qui croient en son Nom ” (Jean 1, 12). Il l’envoya “sous forme de langues de feu” (Actes 2, 3). Avec la langue, on parle. Avec une langue de feu, on parle la Parole de Dieu : l’Assemblée des croyants devient alors le lieu de la présence de la Parole de Dieu, du Verbe Divin, du Fils Unique. Il s’incarne en elle, elle devient Corps du Christ, Eglise : c’est la création de l’Eglise.

3.- L’EGLISE, PENTECOTE ACTUALISEE

L’Eglise n’est donc pas essentiellement une institution, c’est-à-dire une organisation avec des statuts et des règles de fonctionnement, même s’il a bien fallu qu’elle les acquiert, mais la présence mystérieuse du Fils de Dieu prenant chair par l’opération du Saint Esprit dans une assemblée de pécheurs qui croient en la Résurrection de leur Maître et la proclame au monde. Prenant chair : la chair du Verbe, la chair du Fils, la chair de Dieu, le corps du Christ, c’est nous : ” Il est la tête du corps qui est l’Eglise ” (Col. 1, 18 – Epit. 1,22). ” Le temple de Dieu est saint et ce temple, c’est vous ” (1Co. 3, 17), ” vous êtes le corps du Christ car vous êtes ses membres, chacun pour sa part ” (1Cor.13, 27).

Nous devenons ce corps lorsque, rassemblés ” d’un seul cœur ” pour manger ” le Pain venu du ciel ” (Jean 6, 51) et boire le ” Sang de la Nouvelle Alliance ” (1Co. 11, 25), nous disons à Dieu le Père ” Nous te demandons et te supplions, envoie sur nous et sur ces dons ton Saint Esprit ” (Lit. de St Jean Chrysostome) ” Et fais de ce pain le corps même de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ et de ce qui est dans ce calice le sang même de Notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ afin que nous tous qui communions à cet unique pain et à cet unique calice nous soyons unis par l’unique Saint Esprit ” (Lit. de St Basile)

C’est là, au cours de l’Assemblée Eucharistique, que le Saint Esprit unit en un seul corps, le Corps du Christ, ceux qui communient à ce Pain que, confirmant la Parole du Fils, Il a changé en Corps du Christ, et à ce vin qu’Il a changé en Sang du Christ, pour nous changer en membres de ce même Corps. L’Assemblée Eucharistique, ou plutôt le Saint Esprit par le mystère eucharistique, fait l’Eglise : c’est là que l’Eglise s’édifie, s’identifie avec le Corps du Ressuscité ; c’est là que la Pentecôte se perpétue et s’actualise, c’est-à-dire devient réalité actuelle.

C’est parce que nous croyons que l’Eglise – tout pécheurs que soient ses membres – devient vraiment par l’opération du Saint Esprit le Corps du Ressuscité que nous croyons ” en ” l’Eglise ” Une Sainte Catholique et Apostolique ” tout comme nous croyons au Père, au Fils et au Saint Esprit.

L’objet de notre foi, ce ne sont pas ses patriarches, ses évêques, ses prêtres, ses ” marguilliers ” ou ” épitropes “, ses sacristains… mais l’action du Saint Esprit rendant le Christ présent dans une assemblée de pécheurs croyants et L’unissant à cette assemblée, pour faire “d’elle, progressivement, à travers les siècles cette ” Epouse sans ride ni tache, ni rien de tel ” (Ep. 5, 26-27), cette Jérusalem céleste qui descendra à la fin des temps ” prête comme une épouse qui s’est parée pour son Epoux ” (Apot. 21, 2) pour s’unir éternellement à Lui.

L’Eglise est une création continue, ” purifiée par l’eau (du baptême) et la Parole ” que Dieu a commencée le jour de la Pentecôte et qu’il poursuit au cours de chaque Divine Liturgie avec la collaboration et à travers la vie de ses Apôtres, de ses martyrs, de ses saints et de tous ses serviteurs, et ce en dépit de la trahison de tous les Judas de son histoire qui peuvent retarder l’achèvement de l’œuvre Divine mais non empêcher la réalisation progressive du Dessein Divin qui donne son sens à l’histoire des hommes et amenant l’avènement du Royaume ” préparé pour eux avant la création du monde ” (Mt 25, 34).

Père Cyrille Argenti

Source:

“Orthodoxes à Marseille”

N°29 mai/juin 1991

The Spiritual Father – Saint Anthimos of Chios, Greece (+1960)

https://ex2x2lettersfromgreece.wordpress.com

EX 2×2 LETTERS FROM GREECE

among-the-giants.jpg

25ce25a625cf258925cf258425ce25bf25ce25b325cf258125ce25b125cf258625ce25af25ce25b12b25cf258425ce25bf25cf25852b1957

Saint Anthimos of Chios, Greece (+1960)

February 15

ce86cebdceb8ceb9cebccebfcf8220ceb5cebd20cea7ceafcf8920ce8ccf83ceb9cebfcf822001

The Spiritual Father

Saint Anthimos of Chios, Greece

“Behold, I and the children God has given me”. I didn’t want to have children in the world by the flesh and God gave me you to have as my spiritual children. That saying comforts me and I imagine it brings you joy, too. I’ve got you as my children and you think of me as your spiritual father.

The spiritual father is superior to the father after the flesh. Because if I see you dashing your foot against a rock, I’ll be worried; I’ll run and help. If I see you being dragged to court over some debt that you owe, I hurry along and pay it on your behalf. If I see people condemning you, swearing at you or slandering you, I’ll hasten to take your side and defend you.

If I see you’re sad and you’ve got no consolation anywhere, I’ll try my best to let a drop of my blood drip on you, if possible, to comfort you. If I see that you’re ill, I can’t help but provide you with some sort of assistance towards your treatment. Because my soul’s in pain; I can’t see you in need and be indifferent. Because I was given you by the Holy Spirit and I feel for you.

If you’re under the sway of some demon, if you’re in danger from the passions, if you’re troubled by one thing or another, I can’t rest. I try with all means possible to relieve you of that. I even give you remission of sins, so that you can go to heaven shriven. But everything depends on you.

Everything we’ve spoken about now, I’m willing to give you. You’ve known that for many years and you see it every day. But it depends on your own faith and reverence. It rests on the devotion and fervour you have towards me. You have to have the proportionate feelings towards me, to apply what is appropriate to your position, if I’m to supervise you and to act as your shepherd. Because it appears I’m an unworthy shepherd. I’m not worthy, I know, but I’m the one who’s here.

But a shepherd’s always wary. When he sees a wolf coming, he not only attempts to guard his sheep with all available means, but he also calls on others to help. The shepherd shouts, whistles, throws stones at the animals, which are incapable of reasoning. I do the same, sisters: at time times I shout, at others I berate you, and then again I get angry. Because I’m the shepherd of sheep who have the power to reason. But there shouldn’t be any need to be like that. Because the unreasoning animals have no reason. They don’t understand. But for those who have reason, one word from the shepherd and they should listen. But since, maybe because of interference from the demons, from bad habit, or disregard for the shepherd, they don’t listen with just one word, then everything that we’ve talked about has to be applied.

Merely the written word, the word of the Gospel is enough to teach a human flock and for me to protect it from that surreptitious wolf, the devil. But since we don’t listen to the word, I am unfortunate enough to have to fight, sometimes with shouting, sometimes with penances, at other times with comfort, all the time watching over you to see you don’t overstep your bounds.

Don’t be troubled, sisters, over what I’m telling you, but rather engrave it deeply in your hearts, because one day I’ll leave and you’ll need it. It’s my love that moves me to say these things to you. There’s this spiritual affection which I can’t express to you other than through what I’m telling you.

You have to listen to me. These paltry words of mine are my testament and you must guard them.

I didn’t come here to lie down on soft mattresses and rest to my heart’s content; I came to fall into humility. I didn’t come here for glory and honour and for you to call me “Sir”; I came to be cursed, to be hungry, thirsty, to labour, to toil to be mocked, to be trampled upon for the love of Christ. I’m no “Sir”. The Mother of God and her Son are the Lady and Lord. I’m your servant. I’ve served you so many years. I’m a slave of yours; I don’t even want to be called “Elder”. I don’t like and I don’t want it but it’s to your own credit that you honour me so.

Source:

Life of Saint Anthimos of Chios

Monastery of Virgin Mary, Island Chios, Greece